Guide technique Processus de standardisation de la couleur

Processus de standardisation de la couleur

Ce guide PrintCity a pour objectif de promouvoir une meilleure connaissance et d'encourager une utilisation plus rationnelle de la standardisation des processus et de l'optimisation du flux de production. La version française de ce guide est co-éditée par l'IDEP et garantit ainsi une large diffusion des résultats de l'ensemble du projet. Ce guide n'a pas été conçu comme un manuel ou une spécification. Il vient compléter le travail de plusieurs entités (ISO, PSO, Fogra, IDEAlliance®, ECI, ICC) et d'autres organisations (UNIC notamment). Les membres du projet ont partagé et regroupé leurs compétences pour aider et faciliter la mise en oeuvre d'une standardisation dans le but d'améliorer la qualité, l'homogénéité et la productivité. Dans la première version du guide, une partie importante de ce projet était basée sur l'analyse de la mise en oeuvre et de la certification PSO effectuée par l'imprimeur allemand Hammersfahr. Dans cette nouvelle adaptation française, l'étude de cas de deux imprimeries françaises, EMD et Frazier remplace la précédente analyse. Ces 3 études confirment l'efficacité et l'intérêt d'une telle démarche de standardisation. Le plus souvent, une démarche de normalisation mise en oeuvre avec succès procure aux imprimeurs les avantages suivants : réduction des coûts, amélioration de la qualité et du respect des délais, le tout accompagné d'une meilleure prise en compte de l'environnement (via la réduction de déchets notamment). L'application de la standardisation constitue une exigence commerciale de plus en plus importante pour les clients qui réclament un contrôle qualité tangible. Pour mieux comprendre la motivation des acheteurs d'imprimés, PrintCity a travaillé avec f:mp. Ensemble, ils ont effectué un sondage d'opinion auprès de plus de 50 utilisateurs d'imprimés et graphistes allemands. Ce sondage a permis de recenser les trois principaux avantages qu'ont ces acteurs à travailler avec des imprimeries normalisées : amélioration de la qualité, de la stabilité et diminution des erreurs. Toutefois, en 2010, moins de 1 000 imprimeurs avaient adopté un processus de production standardisé, ce qui représente, au niveau mondial, une infime partie des imprimeries potentiellement concernées. Le nombre d'entreprises ayant initié une démarche sans obtenir de reconnaissance officielle est probablement supérieur. Ainsi, autour de 3 500 manuels de mise en oeuvre du PSO ont été vendus (au début de l'année 2011). En France, en 2013 moins d'une centaine d'entreprises disposaient d'une reconnaissance officielle. Un réglage de l'encrage correct dépend largement de la manière dont les personnes perçoivent, appréhendent et formalisent la couleur. Il est également important de savoir ce que l'on peut raisonnablement attendre de l'impression en quadrichromie. Cette dernière, en raison des limites inhérentes au pigment, au papier et au procédé, ne permet en effet de reproduire qu'environ 10 000 nuances de couleurs. Autrement dit, pour obtenir de bons résultats, il faut que tous les acteurs de la chaîne graphique considèrent la couleur comme partie intégrante d'un système. Les normes qui définissent des cibles et des spécifications concrètes pour les couleurs constituent un outil méthodologique qui participe à cette démarche. La tendance vers une “impression contrôlée” est poussée par les clients qui exigent un contrôle qualité vérifiable, une stabilité garantie et une impression à distance utilisant des données du prépresse transmises sous forme numérique.

Les principaux éléments contribuant à l’amélioration des performances sont :

• une planification, une spécification et une préparation du travail adaptées, effectuées par le client et l'imprimeur ;

• la sélection, l'utilisation et le suivi d'une norme et de ses spécifications, car la gestion de la couleur ne peut pas atteindre ses objectifs sans une standardisation et un contrôle du processus ;

• la certification d'une norme ou d'une spécification contribue à garantir le respect des processus définis et permet aux imprimeurs de se différencier concrètement de leurs concurrents ;

• une stratégie de production industrielle intégrée qui associe standardisation, contrôle des processus et des procédures, est essentielle pour obtenir une plus grande qualité et dégager des avantages en termes de productivité ;

• un contrôle exhaustif et cohérent du flux de travail d'impression. Chaque étape doit être contrôlée avec des techniques et des méthodes de mesure permettant d'obtenir un résultat prévisible. La réussite exige que dans cette démarche, le client, le prestataire pré-presse et l'imprimeur travaillent ensemble ;

• l'utilisation d'outils de mesure des couleurs avec une méthode de validation des couleurs sur presse adaptée. Les facteurs humains sont souvent occultés dans ce processus de validation des couleurs. Les attentes, le vocabulaire et les perceptions de la couleur sont en effet souvent subjectifs et dépendent des personnes concernées. De plus, les conditions d'examen visuel sont différentes chez le client, à l'agence et chez l'imprimeur ;

• des procédures de fonctionnement normalisées et une maintenance efficaces sont des facteurs essentiels de réussite. Elles permettent un calage rapide, une qualité et une productivité optimales ainsi qu'une livraison dans les délais.